La Pastorale

Le projet de l’équipe pastorale est de permettre aux jeunes d’engager une réflexion sur eux-mêmes, en les amenant à se questionner sur les notions de « faire, être et avoir ». Etre acteur et responsable, se construire dans la liberté tout en respectant celle de l’autre, « vivre-ensemble » au sein de notre communauté, mais aussi avec le développement des nouvelles technologies, être relié à l’humanité tout entière dans ce contexte de mondialisation qui est parfois source d’inquiétudes, et le théâtre d’affrontements entre les cultures, les civilisations et les économies. Le collège «Notre-Dame-des-Miracles est résolument une « école qui questionne la vie ».

Petite explication des termes :

  • La culture religieuse : permet de décrire le fait religieux dans l’histoire des hommes. Elle est centrée sur l’objectivité des faits, elle se situe dans le registre des connaissances.
  • La culture chrétienne permet à l’enfant de s’inscrire dans une histoire particulière marquée par le christianisme et qui constitue le socle des valeurs du projet éducatif global de l’école catholique.
  • La catéchèse invite à souscrire à une démarche de foi ecclésiale en Jésus-Christ. Elle permet aux enfants chrétiens d’approfondir leur foi et leur relation à Dieu. Elle demande une libre adhésion et une véritable implication.

Comme souligné dans le rapport Debray de février 2002 :

« comprendre l’univers culturel et apprendre aux jeunes à respecter les diverses confessions, sont devenus indispensables aujourd’hui.  »

Extrait de l’introduction générale du manuel Anne et Léo, utilisé en classe de sixième.

Ainsi, nous proposons mais n’imposons pas aux familles, la catéchèse et la préparation à la profession de foi dès la sixième.

Depuis la rentrée 2010/2011, les autres enfants suivent un cours de culture religieuse en étudiant l’histoire biblique, mais ils abordent aussi l’art religieux à travers la peinture, la sculpture et les édifices, tels la construction des cathédrales.

D’autres thèmes seront abordés en classe de quatrième puis de troisième, tels l’environnement, l’autre, la violence, la liberté, la justice et le pardon etc.

Cette rencontre entre les jeunes et les animateurs se veut être un moment de d’échanges dans le respect de la personne et de ses convictions.

  • Célébrations

Des célébrations sont proposées aux élèves à l’occasion des temps forts de l’année liturgique. Il est également offert à l’ensemble de la communauté éducative, la possibilité de se retrouver ensemble pour la « messe des familles ».

Au temps du Carême, nous proposons aux élèves un temps fort de partage  : « bol de riz/pâtes » et des intervenants du monde associatif présentent leurs actions à caractère caritatif.

L’équipe pastorale.

Une Foi pour grandir

Le nouveau site du Collège Notre-Dame me sollicite pour que je livre quelques réflexions sur l’Eveil de la Foi chez les jeunes et… ceux qui les entourent et les accompagnent tout au long de l’année dans leur scolarité et plus généralement dans leur éducation.

Je le fais volontiers et d’abord en rappelant que l’Eveil de la Foi doit se faire dès le plus jeune âge dans les foyers chrétiens pour leurs enfants pour qui on a généralement demandé le baptême et donné ainsi une certaine orientation.

L’expression même « Eveil de la Foi » est appliquée souvent aux plus jeunes qui sont pris en charge pour cette première initiation souvent en CP, avant le début du catéchisme.

Un tel groupe a été mis en place cette année dans la Paroisse portant de bons fruits dans le cœur des petits.

Mais c’est dès les premières années de la vie – qui sont, dit-on, déterminantes, que les premiers gestes chrétiens, les premières attitudes, la première approche de Dieu, l’apprentissage de la prière, doit se faire avec les mots appropriés.

Jean Paul II insistait pour dire combien la famille reste la première église, le premier « cénacle » qui marquera et orientera l’enfant.

Au Collège où en sont les enfants devenus vite des « jeunes », dans ce domaine dont nous voulons parler ?

Le «jeune» 6e n’est déjà plus l’enfant de CM1 qui vient de faire sa première Communion.

Deux ans seulement se sont écoulés. Voici qu’il va faire sa Profession de Foi, un certain nombre au moins. Il va pouvoir dire, à cette étape de sa vie, « Je crois », j’accorde ma confiance à ce Dieu que j’ai un peu découvert, que Jésus m’a fait connaître, ce Dieu qui m’aime et veut guider ma vie. Puisse cette démarche – qui ne devrait plus être aussi automatique – être vécue en vérité.

Et après ? Quelle vie chrétienne après la Profession de Foi ? C’est une grave question qu’on doit aborder. Les jeunes continuant leur scolarité en 5e, 4e et 3e, auront-ils à cœur de poursuivre leur cheminement, d’approfondir leur foi dans tel ou tel cadre qui leur seront proposés ou offerts, de répondre à telle ou telle invitation, peut-être pour certains de préparer leur Confirmation.

Se sentiront-ils enfin membres et partenaires de leurs paroisses ? Ou resteront-ils longtemps encore en retrait, pour ne pas dire en « retraite », jeunes retraités de la pratique, peu solidaires de la famille paroissiale jamais idéale ni parfaite ! Nos propres familles le sont-elles toujours ?

Certes leur foi restera peut-être plus vive qu’il n’y parait, non mesurable en tout cas et pouvant se vivre à travers de bons engagements et un bon vécu, une foi personnelle et un peu repliée mais peut-être peu communautaire.

Osons ces questions et ne fermons pas les yeux devant la réalité.

Souhaitons en tout le meilleur avenir pour nos jeunes dans ce domaine qui nous paraît essentiel de l’Eveil et de la consolidation de la Foi.

L’Ecole catholique doit pouvoir partager cette préoccupation vitale.

Une tête bien pleine certes et un bon cursus scolaire… mais aussi des repères solides pour bâtir son avenir.

Abbé Bernard FAINTRENIE